Date de création  14/05/18 13:51

Dernière modification  14/05/18 13:51
Oeil   232Blog créé par :
Courbe de poids

Un régime qui dure

Et après?




Poids de départ au 01/09/17 : 92.6
Poids d'arrivée au 01/06/18 : 64


Soit un peu plus de 28 kilos de perdus. Je profite d'avoir un peu de temps pour faire le point sur ce que m'a apporté cette perte et sur son déroulement pas toujours évident...

Comme mentionné précédemment, j'ai décidé de perdre du poids suite à une crise de vésicule biliaire qui m'a fait bien peur. J'ai cru y passer et j'ai tout de suite pensé, à ce moment là, que c'était à cause de ma mauvaise hygiène de vie. 
J'étais mère au foyer pour un an (mais avec le congé maternité et les congés on monte vite à un an et demi). Et ce n'était clairement pas fait pour moi. Je ne faisait rien de mes journées (à part aller chercher ma grande fille à l'école). Je ne nettoyais pas spécialement ma maison et je sortais ma petite dernière par obligation et le plus souvent possible en voiture. Je n'ai aucune famille autour et mes amis travaillaient alors je ne les voyais pas souvent. Du coup je me goinfrais toute la journée. J'étais déjà pas mal ronde mais là j'avais passé le stade d'obèse. 

Donc quand j'ai fait ma crise, je me suis persuadée que c'était à cause de mon poids et de mon incapacité (ou plutôt mon manque d'envie) de faire du sport. Bien que la médecin me soutenait que c'était plus dû à mes grossesses, je restais bloquée sur mon poids.

Malheureusement, après l'opération de l'ablation de ma vésicule, les mauvaises habitudes sont vite revenues et je continuais mon rituel canapéesque et mes grignotages intempestifs. 
Puis, au mois de juin, j'ai fait un malaise... Pas grand chose en fait. Pour une fois, j'avais prit mes deux filles qui étaient en congés pour les emmener à la bibliothèque. Il faisait très chaud. La petite s'est mise à hurler parce qu'elle n'arrivait pas à trouver le sommeil et la grande hurlait parce qu'elle ne voulait plus marcher. Le soleil tapait et moi je m'énervais. J'ai porté la grande sur mes épaules (15kg quand même!) sur plusieurs mètres tout en poussant la poussette puis je l'ai reposée à terre. J'étais en nage! 
Arrivée à la maison, je me suis rendue compte que je ne voyais plus rien du côté droit de mon oeil droit. J'avais une tâche noire à la place de mon champs visuel habituel. Je porte des lunettes dont je peux voir les branches en tournant les yeux mais là je ne voyais plus que du noir quand j'essayais de les voir. En plus, mon esprit était embrouillé. Je devais lutter pour me souvenir ce que je faisais... Heureusement, ma grande fille devait aller jouer chez la fille de notre voisine. Je l'y ai donc déposé avec le gâteau que j'avais préparé le matin même. Toujours avec cette tâche et cette impression d'être hors de mon corps. La voisine m'a posé une question simple: Qu'est ce que tu as mis dans le gâteau. Et là... impossible de me souvenir. Je l'avais fait à peine quelques heures auparavant. Tout ce que j'ai pu sortir c'était "du nutella" que j'avais mis en nappage sur le roulé et qui, du coup, se voyait très bien. Je ne me souvenais d'aucun autre ingrédient et je ne me voyais pas du tout faire ce gâteau. 
Hébétée, j'ai pris congé. Je suis rentrée chez moi. Heureusement j'ai pu coucher la plus petite et j'ai fait de même.
Quand mon conjoint est rentré quelques heures plus tard, je n'avais pas réussi à dormir. La tâche avait disparu mais l'effet "fantomatique" était toujours un peu présent. Forcément, ça faisait un peu écho avec ma crise précédente qui m'avait déjà fait extrêmement peu.
Ce "malaise" m'est arrivé un jeudi soir, le vendredi était férié et j'ai donc attendu le lundi de la semaine d'après pour en parler à mon médecin. Pour lui, aucune équivoque, j'avais fait un malaise vagal dû à la chaleur, au stress de mes enfants qui hurlent et à ma fatigue. Mais pour moi c'était horrible. Je n'avais jamais fait de malaise (même si je ne suis pas tombée dans les pommes c'était quand même traumatisant!) et dans les films, un malaise n'annonce jamais rien de bon. 
Après des prises de sang qui ont confirmé que j'allais bien, j'ai continué quand même à avoir peur d'y passer. Et en toute logique, je me suis dit que perdre du poids et me bouger un peu me permettrait d'éradiquer cette peur constante et perpétuelle. L'épée Damoclès sur la tête, très peu pour moi! 
J'ai donc profité du mois de septembre durant lequel je reprenais, enfin, à travailler pour me mettre au régime.

Quand je dis régime (j'aime pas ce terme) c'est vraiment régime! Je me suis inscrite sur weight watchers qui proposait 3 mois à un prix imbattable pour la rentrée et j'ai commencé à tout comptabiliser. Je mangeais équilibré et sain mais en toute petite quantité. Donc forcément j'étais épuisée. Je perdais entre 500g et 1 kilo par jour. A chaque cessions de perte de poids que j'avais fait dans ma vie, j'ai toujours perdu vite mais ça se tassait / se régularisait après. Pas là. Ça a duré longtemps. Jusqu'à ce que je me rende compte que j'étais constamment épuisée. Je pleurais pour un rien (3 fois au travail lors de ma première semaine. Bonne moyenne non?) et en plus de ça je perdais énormément de cheveux.
J'ai alors décidé d'arrêter mes conneries. J'ai continué à manger sain et équilibré mais j'ai rajouté de bonnes quantités. Je me faisait de grosses assiettes de légumes avec des féculents et je ne m'interdisais rien. Donc si je voulais du fromage ou des gâteaux je ne me privait pas tant que mes quantités restaient raisonnables. 
Quand je dit que je ne m'interdis rien c'est un peu faux... J'ai quasiment arrêté le café et l'alcool. Je n'en buvais pas souvent mais je suis passée de "de temps en temps" à "occasionnellement ou quand je reçois du monde". 

En plus de ça, je me suis inscrite dans une salle de sport pour 1 mois. J'y ai fait une seule séance  Mais surtout j'allais à la piscine le soir (2 km par semaine) et je faisais du vélo dès que possible pour aller chercher le pain ou faire de petits achats rapides. 
Ça m'a beaucoup aidé! Grâce à ça, les chiffres sur la balance descendaient mais surtout, je voyais que je m'affinais. Je commençais à revoir les os de mes hanches que je n'avait pas vus depuis des années! Quel bonheur. Mes seins dégonflaient (j'ai une forte poitrine que j'ai toujours détesté alors j'appréciait d'avoir perdu un bonnet) et mes bras et cuisses bloblotaient beaucoup moins.
Pour autant je ne voyais pas de différence marquante. Pendant des années j'avais rêvé et fantasmé le bonheur que ce serait d'avoir 10 kilos en moins mais maintenant que je les avait. Ça ne changeait rien... 

Mon objectif était simple: Passer d'un IMC d'obèse à un IMC normal.

J'ai continué et, à ma grande surprise, c'est devenu de plus en plus facile. J'avais ajouté à mon petit déjeuner chaque matin un smoothie fait maison avec des fruits frais et pour le reste je mangeais plutôt léger le midi en semaine parce que je mange seule avant de partir au travail et le soir un repas un peu plus copieux à partager avec mes amours.

Mon poids a bien diminué, je rentre maintenant dans du 40 (42 selon les marques mais on est quand même loin du 50/52 que j'avoisinais), j'ose enfin mettre des shorts et je crie à qui veut bien l'entendre que mes jambes n'ont pas été aussi bronzées depuis des années.

Et les autres? Ben, ma famille a réagi un peu différemment ce que j'attendais. Tout le monde a cru que j'avais une maladie donc je n'aurais parlé à personne. Ils m'ont incité à faire des prises de sang pour vérifier si je n'étais pas souffrante... Pas top. Mais au fur et à mesure ils se sont décoincés et maintenant ils me félicitent pour cette perte. Chaque encouragement est une bouffée d'autosatisfaction!

Je ne peux pas dire que je sois devenue fan de mon corps. Après deux accouchements en tant obèse, ma peau a souffert et le fait d'avoir perdu du poids n'a pas aidé. Mais j'essaie de redresser tout ça avec le sport. Mais quand tout est caché par mes vêtements, je me sens bien et j'arrive même à me trouver jolie sur les photos. Et c'était impensable avant!

Et le mieux dans tout ça c'est que j'ai retrouvé ma liberté! Avant de grossir j'étais la rigolote qui osait tout. Je ne me gênait pas de faire des choses réservées aux enfants et je n'avais pas honte de moi.
Quand j'ai pris du poids je me sentait honteuse tout le temps. Honteuse d'être là, honteuse de vivre et de prendre autant de place dans un monde déjà surpeuplé (et en plus j'ai deux enfants alors j’exagère!)
Mais maintenant je peux sauter sur des jeux gonflables avec mes filles, faire des cabrioles ou courir avec elles sans avoir honte. Je m'amuse enfin sans cette pression et cette impression de ne pas avoir le droit d'être là. 
Je souhaite à tout le monde d'avoir cette sensation de liberté!

Depuis 3 mois je n'ai pas perdu ni reprit de poids. J’oscille tranquillement entre 63 et 65 kg mais rien d'insurmontable. Je ne monte jamais au dessus de ce poids même après des excès. Je crois que mon corps a trouvé son poids de forme.

Concernant mes phobies de la mort, elles sont toujours présentes mais bien moins. Elles me permettent de profiter des bons moments avec un peu plus d'intensité que je ne le faisait avant.

Je ne me sens pas différente mais je me sens libre! Comme si on m'avait enlevé un poids.

Bravo à ceux qui ont réussi à lire ce long long témoignage jusqu'au bout! Merci à ceux qui m'ont soutenu sur ce site et je ne compte pas encore vous quitter! 

L'équilibrage est en cours!




Si vous êtes connecté, vous pouvez    







Perte de poids rapide



Bonjour à tous et à toutes.

Je viens vers vous suite à un questionnement qui trotte dans ma tête depuis quelques temps...
En septembre j'ai entamé un redressement culinaire suite à quelques soucis de santé qui m'ont fait comme un électrochoc. En gros, je ne suis pas de régime mais j'ai arrêté de grignoter, je fais attentions à ce que je consomme et surtout je me bouge un peu plus puisque j'ai repris le travail après un an de congé parental.

Et les résultats ne se sont pas faits attendre:

Poids de départ: 92.6 kgs
Poids actuel: 65.5 kgs

Soit une perte de 27 kgs
Loin de moi l'idée de m'en plaindre, au contraire,  mais je me demande si ce n'est pas une perte trop rapide. En effet, il m'arrivait d'avoir faim en milieu d'aprem mais je mangeais un fruit et ça repartait. De plus, je ne me limite pas. Je mange la même chose que mon chéri et que mes enfants, j'ai simplement réduit mes quantités et eux ils ne perdent pas de poids. Je n'ai supprimé aucun ingrédient (à part l'alcool et le café mais j'en consomme quand même quand j'en ai vraiment envie). Je cuisine simplement plus sain et plus vert grâce aux légumes. Je me mange un chocolat après chaque repas en plus!

Autour de moi, les gens qui me connaissent trouvent que j'ai perdu beaucoup trop vite et me conseillent de voir un médecin pour qu'il analyse une éventuelle carence due à mon régime. Il est vrai que je me sens fatiguée (mais c'était aussi le cas avant mon régime) et je perds aussi un peu plus de cheveux (mais j'ai lu que c'était fréquent en cas de régime). Pendant les vacances, je n'ai pas vraiment fait attention et j'ai quand même perdu un peu de poids. Mais on a pas mal bougé donc je ne sais pas trop quoi en penser.

Je suis devenue un peu hypocondriaque à cause de mes quelques soucis de santé précédents et je n'ai pas envie de retourner voir mon médecin pour rien... 

Tout ça pour en venir à mes questions qui sont:

- Pour ceux qui ne sont pas suivis par un nutritionniste, êtes-vous suivi par votre médecin traitant? Faites-vous des analyses sanguines ?
- Pour ceux qui sont suivis par un nutritionniste, avez-vous des compléments à ingérer?
- Pensez-vous que ma/vôtre perte de poids est trop rapide?
- Doit-on s'inquiéter de continuer à perdre du poids sans réel effort?
- Combien avez-vous perdu, en combien de temps?

Je remercie d'avance tous ceux qui prendront le temps d'éclairer ma lanterne.



Si vous êtes connecté, vous pouvez